Témoignages

Le portage pour les personnes fortes

Le portage pour les personnes fortes

Quand on sort de la norme, les choses simples deviennent parfois plus compliquées. Dans le monde du portage de nos bébés, comment faire au mieux et quel moyen de portage est confortable avec un surpoids important ? Nous avons discuté avec Marie Fernandes, monitrice de portage à Brive-la-Gaillarde, qui est experte sur ce sujet. Elle est maman de 2 enfants et en obésité depuis plusieurs années.

Marie, est-ce que tu peux d’abord décrire comment les (futurs) parents corpulents sont vus par la société ? As-tu des expériences que tu aimerais partager ?

Quand j’ai souhaité tomber enceinte de mon fils, mon premier réflexe a été de consulter ma gynécologue. Son premier réflexe à elle a été de me donner un régime de perte de poids à suivre. C’est dire à quel point les gens en surpoids (en obésité dans mon cas) peuvent être stigmatisés sur tous les plans, y compris sur celui de la maternité. Au-delà des aspects pratiques (difficultés à trouver de jolis vêtements de grossesse, les échos illisibles à cause des couches de graisse, les problèmes de santé plus fréquents, etc.), il y a aussi les jugements et la méchanceté, la violence même parfois de certains professionnels que l’on croise sur ce chemin.

Marie Fernandes
Marie Fernandes

Ce jugement omniprésent n’est certainement pas sans conséquences sur le ressenti des parents quand il s’agit du portage. Quelles sont les difficultés particulières pour ces parents ?

Le principal enjeu est la relation au corps. Même s’il y en a, rares sont les personnes obèses parfaitement à l’aise avec leur image. Alors quand en plus une grossesse et ses bouleversements sont passés par là, c’est difficile de se sentir bien dans sa peau. Le portage étant par définition un corps à corps avec son tout-petit, il peut être compliqué psychologiquement de se sentir à l’aise dans cette situation. 

Le second enjeu est plus d’ordre pratique. Forcément quand on fait une taille 54, il nous faut plus de longueur de tissu, de sangles et des matériaux adaptés qui ne cisaillent pas les chaires. On trouve très peu souvent des infos sur le portage quand on est corpulent et pourtant ce n’est pas la même façon ni les mêmes enjeux quand on fait un 38 ou quand on fait un 52.
On peut tomber sur tout un tas d’injonctions, de techniques qui ne fonctionnent pas quand on a une envergure supérieure à la moyenne.

J’imagine que plus le système de portage est « libre », plus il s’adaptera aux morphologies différentes d’une hypothétique norme. A l’opposé, les préformés, comme leur nom l’indique, sont peut-être moins adaptables et il faudra alors en tester plusieurs … Qu’en penses-tu ? Quels conseils donnerais-tu en termes de choix de système de portage pour parents de forte envergure ?

Par mon expérience personnelle et professionnelle avec près de 500 familles accompagnées avec toutes des corpulences différentes, mon top 3 des moyens de portage les plus adaptés quand on est gros.se est :

L’écharpe tissée : pas trop épaisse (240gr/m² maxi), douce et souple et à la bonne longueur. Certaines marques vont jusqu’à la taille 9.

Le mei-tai : avec des pans déployables et une ceinture à nouer.

Le préformé : à tester avant car certains modèles peuvent être fort désagréables. Certaines marques proposent des rallonges pour la ceinture. Il faudra être particulièrement vigilant à la longueur du rembourrage des bretelles : plus c’est long, moins on risque de se retrouver avec une sangle qui cisaille sous les bras ou la poitrine. 

L’objectif étant que le portage soit physiologique et confortable pour parents et bébé. Les parents doivent trouver un système de portage confortable pour eux, tout en veillant au bon positionnement du bébé. Comment y parvenir au mieux ?

Pour s’assurer que tout le monde soit bien installé avec le bon matériel, je recommande vivement de passer par un atelier avec une monitrice formée, expérimentée et avec pas mal de matériel à tester. Le respect de la position physiologique du bébé reste bien évidemment la priorité en restant conscient qu’on fait de notre mieux. Par exemple, avec une forte poitrine, remonter les genoux de bébé plus haut que ses fesses peut s’avérer impossible (c’est du vécu 😅). Dans ce cas-là on privilégie une installation décentrée ou bien au dos. Les parents à forte corpulence sont aussi plus sujets aux maux de dos et articulations. C’est un fait à prendre en considération également en atelier.

Pour les parents en surpoids, c’est un vrai soulagement de pouvoir être conseillé en portage par une personne connaissant bien leurs problématiques spécifiques. Comment es-tu devenu monitrice de portage ?

À la naissance de mon fils il y a presque 10 ans, j’ai su tout de suite que j’avais envie de le porter contre moi. À l’époque c’était difficile d’être bien accompagnée et conseillée dans ce domaine alors j’ai fait comme j’ai pu en faisant des recherches moi-même. Et puis 3 ans plus tard, ma fille est née et son RGO massif m’a poussé à aller plus loin. J’ai donc fait un atelier portage, puis un second … et la passion est née. Je me suis formée initialement il y a 6 ans bientôt avec TransPortage Formations et depuis je n’ai de cesse que de mettre à jour mes connaissances pour toujours mieux accompagner les familles au sein de mon atelier en centre-ville de Brive mais également auprès des familles à domicile et des professionnels de santé et de la petite enfance.

Merci pour ton temps et tes conseils, Marie. Tu proposes également des conseils sur Facebook et Instagram. Tu as le dernier mot. Veux-tu ajouter quelque chose ?

Je souhaiterais rajouter que tout parent quel que soit sa forme est capable de porter son bébé et que c’est un moment qui devrait agréable peu importe son tour de taille. Parce que porter même quand on est gros.se, c’est possible et promis juré c’est un vrai plaisir !

author-avatar

A propos de Steffen

Steffen est père et cofondateur de Portons bébé. Passionné du portage, il souhaite convaincre d'autres hommes que les écharpes et porte-bébés ne sont pas que le domaine des mères. Il adore également le jardinage et l'informatique.

Articles similaires